Windoor, la soufflerie durable

avril 23, 2019 08:08

TECHNOLOGIE ET DURABILITÉ

ÉNERGIE VERTE À WINDOOR

Notre activité principale, qui consiste à offrir à nos clients et utilisateurs une expérience de vol unique, implique une grande consommation d'énergie électrique. Cela semble difficile à combiner avec notre conscience écologique, nous, les investisseurs, les dirigeants et le personnel du groupe, qui, pour la plupart, sommes de grands amateurs de sports de plein air et donc soucieux du respect de la nature.

Notre tunnel consomme entre 500 et 1 200 kWh, selon la vitesse à laquelle vous volez à tout moment. Notre taux d'occupation horaire est très élevé ainsi que, comme vous pouvez l'imaginer, les chiffres de consommation annuelle en MWh sont considérables. Pour vous donner une idée, la consommation mensuelle d'une installation comme le Camp Nou à Barcelone est faible à côté de la nôtre

Que pouvons-nous faire pour rendre notre activité durable?

En premier lieu, miser sur une conception efficiente, ce qui a été fait à la fois dans notre tunnel d'Empuriabrava et dans celui que nous ouvrirons bientôt à Barcelone. Le choix de la technologie du tunnel (tunnel en boucle fermée pour profiter de l'inertie de l'air déjà accéléré) et de ses caractéristiques (taille, construction, système de refroidissement) nous place déjà dans une position avantageuse en termes de consommation électrique par rapport aux autres tunnels européens.

Mais, une fois que nous consommons, quelles alternatives s’offrent à nous?

La première est de réfléchir à l'impact que nous voulons avoir sur l'environnement: dans quelle mesure voulons-nous contribuer au réchauffement de la planète? Notre réponse est radicale: en rien.

La seule façon d'y parvenir est d'acheter toute notre énergie à une entreprise de distribution qui nous garantisse qu'elle ne distribue que de l'énergie provenant du pool renouvelable. En ce moment, nous travaillons avec Bassols Energy.

Et qu'est-ce que le pool renouvelable et comment contribue-t-il à ce que Windoor soit une entreprise zéro émission? Si le courant circule à travers les mêmes câbles haute tension, comment savoir si nous consommons exclusivement de l'énergie verte?

Pour répondre à ces questions, et c'est ici que commence la partie la plus technique et la plus dense de cet article, il faut d'abord comprendre comment fonctionnent la production et la distribution d'électricité en Espagne (et dans le reste de l'Europe).

Dans le cas de l'État espagnol, la production est privée. Il existe de nombreuses entreprises qui produisent et injectent de l'électricité dans le réseau. Mais le transport est effectué par REE (Red Eléctrica de España - Réseau Électrique d’Espagne) qui possède un site web contenant des statistiques en temps réel très intéressantes. Si cela vous intéresse, à la fin de l'article, vous trouverez un lien vers ce site.

Pour comprendre cela, toute entreprise qui possède le moyen de produire de l'électricité peut la vendre en l’injectant dans le réseau à haute tension. Une fois dans le réseau, l'énergie est distribuée aux consommateurs finaux. L’énergie produite doit correspondre à la demande. Si nous produisons trop d'énergie, nous générons un problème et si nous produisons moins que la demande, nous générons un autre problème. Comme ces problèmes pourraient faire l'objet d'un article à part en raison de leur importance, pour résumer il convient de garder à l’esprit l'idée suivante: il faut que la production corresponde à la demande, sinon il y a des problèmes, et graves.

L'idée que je veux exprimer est la suivante : il existe deux types d'énergie électrique:

  • Celle qui provient de sources renouvelables, c'est-à-dire celle que la nature nous offre et qui ne s'épuisera jamais: par exemple le vent, le soleil, les vagues ou les chutes d'eau des rivières.
  • Celle qui provient de sources non renouvelables, c'est-à-dire celles qui sont basées sur une quantité limitée de ressources: essentiellement le pétrole et ses dérivés, le charbon, mais aussi l'énergie nucléaire obtenue par fission d'éléments radioactifs.

En termes «écologiques», on peut aussi effectuer une autre classification des sources d'énergie, très similaire à la précédente mais pas exactement pareille. La distinction que nous pouvons faire est la suivante:

  • Énergie qui génère des émissions de CO2 dans l'atmosphère (et donc est à l’origine du changement climatique).
  • Énergie qui NE génère PAS d'émissions et qui est donc neutre pour le changement climatique.

Les deux classifications coïncident presque complètement: les énergies renouvelables ne génèrent pas de CO2 (à l'exception d'une nuance que vous pouvez lire à la fin de l'article dans cette note) et les énergies non renouvelables, comme dans le cas de la combustion de combustibles fossiles, génèrent du CO2 et ont donc un effet de serre. Mais, ce n’est pas le cas de l'énergie nucléaire. En termes de bilan CO2, l'énergie nucléaire est propre.

En tout état de cause, puisque l'énergie nucléaire génère d'autres types de problèmes écologiques, peut-être
moins urgents mais très graves, elle est également considérée, d’un point de vue écologique, comme «à faire
disparaître».

Sur l'axe des «y» (à gauche), vous pouvez voir le nombre de MW générés, et l'axe des «x» (en bas) est une ligne de temps horaire du jour choisi. Regardez les franges colorées et le type d'énergie qu'elles représentent. Le 1er avril a été une journée climatologiquement stable, de sorte que la bande verte (vent) n'est pas trop importante. Le bleu nucléaire prédomine, qui délivre 7 080 MW en continu et, au moment où les valeurs sont gelées, 12 h 50, le cycle combiné jaune, avec 8 676 MW.

Si nous supprimons toutes les sources non renouvelables de ce tableau, nous nous retrouvons avec ceci:

Remarquez à quel point il est décourageant, par une journée de printemps ensoleillée et stable, de constater que la quantité d'énergie renouvelable fournie au système pour répondre à la demande programmée est vraiment faible. Et si nous regardons les couleurs orange et rouge, qui représentent l'énergie solaire, nous pouvons aussi mettre en contexte les possibilités du soleil par rapport aux autres sources renouvelables.

Alors, qu'obtenons-nous en achetant notre énergie à des entreprises comme Bassols, qui ne commercialisent que de l'énergie renouvelable? (c'est-à-dire de l'énergie que vous voyez maintenant dans ce dernier graphique) La réponse est simple. En tant que consommateurs éco-conscients, nous avons le pouvoir de décider de ce que nous consommons et de ce que nous ne consommons pas. Si nous achetons tous de l'énergie verte, nous forçons les producteurs à produire davantage d'énergie verte. C'est aussi simple que ça. Si le consommateur exige une énergie propre, les producteurs seront obligés de faire de la recherche, de construire et de produire dans des usines d'énergie renouvelable.

Les énergies renouvelables sont-elles plus chères? Oui, c'est le cas en ce moment. Pour de gros consommateurs comme Windoor, c'est un effort qui n'est justifié que par une conscience sociale et écologique qui fait partie de notre ADN. Mais, au sein du groupe Windoor, nous pensons qu'il vaut toujours la peine de pousser dans la bonne direction. Vous nous aidez à pousser ?

Jordi Meseguer

Jordi Meseguer

Chief Technical Officer

LIENS ET RÉFÉRENCES

  1. Lien vers le site web de REE : Suivi de la demande en électricité (péninsule Ibérique) https://demanda.ree.es/visiona/peninsula/demanda/total
  2. Note sur l'impact en CO2 des sources renouvelables: La combustion des plantes qui ont été plantées pour obtenir de l'énergie est considérée comme du CO2 neutre. On considère que nous rejetons un CO2 dans l'atmosphère que nous avons «fixé» au préalable, de sorte que le résultat final est une augmentation nulle du CO2. Ceci s'applique aux énergies renouvelables thermiques.
  3. Une injection d'optimisme: Ici vous pouvez voir le graphique du 02/02/2019, le jour où la typique tramontane de l'Empordà était sur le point de gâcher la cérémonie de clôture The Wind Games 2019. Une froide journée d'hiver avec beaucoup de vent et d'instabilité atmosphérique, dans laquelle vous pouvez voir comment l'énergie éolienne a couvert près de la moitié de la demande en électricité de la péninsule. C'est la bonne voie!